Tahiti aux Open de France
19/04/2019

Crédit photo : FFCK/P. AVEROUS

Open de France de Printemps à Vaires-sur-Marne : Deux sportifs Tahitiens prendront le départ en catégorie Paracanoë !

Raiarii Teuiau (VL2) et Patrick Viriamu (VL3) ne sont pas inconnus sur les bassins de compétition. Ils participent au circuit international IVF (Fédération Internationale de Va’a). Ils ont déjà ramené plusieurs médailles en para va’a pour Tahiti lors des derniers mondiaux qui se sont déroulés en Juillet 2018 à Papeete. Au moment où il était question d’intégrer la pirogue paralympique à Rio, Patrick Viriamu s’était engagé avec succès dans les compétitions internationales ICF (Fédération Internationale de Canoë) seules reconnues pour accéder au niveau paralympique. L’entrée du paracanoë avait alors été différée pour laisser le temps de finir les études scientifiques sur lesquelles se base le système de classification paracanoe.

Depuis que le va’a est inscrit officiellement au programme des jeux paralympiques de Tokyo, la Fédération Polynésienne Handisport et Sport Adapté, la Fédération Tahitienne de Canoë-Kayak et la Fédération Tahitienne de va’a ont relancé un plan de détection et de formation pour permettre aux compétiteurs de se préparer aux sélections pour les Jeux Paralympiques. Le va’a est le sport roi en polynésie française et cette démarche était donc tout à fait naturelle.

Tahiti et les Jeux Olympiques et Paralympiques
Si Tahiti peut courir sous ses couleurs au niveau des championnats du Monde, il n’en est pas de même pour les Jeux Olympiques et Paralympiques. Pour les Jeux Paralympiques, les sportifs tahitiens sont intégrés à l’Equipe de France sous l’égide du Comité National Paralympique et Sportif Français. Cette particularité a motivé un voyage de rencontre et d’observation de Papia Prigent, alors Manager Olympique Paralympique, et Jean Christophe Gonneaud, Conseiller technique chargé de mission handikayak à l’occasion des mondiaux de va’a sprint organisés à Papeete en juillet 2018. Ce voyage a été l’occasion de rencontres de travail avec l’ensemble des acteurs locaux et a débouché sur l’inscription de Patrick et Raiarii aux mondiaux paracanoë de Montemor en août 2018. Après une saison centrée sur les mondiaux de Juillet, refaire un championnat du Monde un mois plus tard en Europe était un véritable défi mais nécessaire pour bien prendre conscience du niveau actuel du va’a paralympique.

Une décision difficile mais réfléchie
A l’issue de ces mondiaux Patrick et Raiarii pointent chacun à la 16eme place, bien loin des podiums du mois de juillet obtenus sur le lagon tahitien. Un débriefing honnête et sans concession est nécessaire. Une distance plus courte (de 250 m à 200 m ), le matériel utilisé, la situation de course en eau calme, des couloirs plus étroits, un système de départ automatique qu’il faut maitriser sont autant de paramètres qui diffèrent de la course de sprint telle qu’elle est pratiquée actuellement en Polynésie Française.
Le projet paralympique de Patrick et Raiarii reste clair et leur décision est sans appel : ils souhaitent intégrer au plus vite l’équipe de France pour bénéficier des soutiens qui leur permettront de maitriser ces spécificités du sprint au format paralympique. C’est une décision difficile pour les sportifs car l’entrée en équipe de France n’a rien d’automatique. Il faut gagner sa place en réalisant les chronos de référence.

Une belle solidarité entre la Polynésien et les clubs métropolitains
Comment atteindre le niveau d’entrée en équipe de France alors que les performances d’août 2018 sont très au-dessus des minima attendus ? Pour rechercher ce niveau de performance, les sportifs ont fait le choix de s’installer en métropole. Tout ceci a été coordonné par la Fédération Polynésienne Sport adapté et handisport à Tahiti et par la FFCK sur le territoire métropolitain, soutenue par les ministères des sports de chaque territoire. Les familles, les clubs ont ainsi également joué un rôle important dans la mise en place d’entraînements et le soutien au quotidien des sportifs.

Pour faciliter l’adaptation au lieu de la compétition, chaque compétiteur a été mis en lien avec un club d’accueil dont la mission était d’accompagner les sportifs dans leur projet, se recaler au niveau biologique (horaire et climat), aider à résoudre les problèmes logistiques et apporter un soutien humain indispensable lorsqu’on se retrouve à plus de 20 000 km de chez soi. Patrick s’est installé à Dijon en bénéficiant du soutien de l’ASPTT Dijon alors que Raiarii a été accueilli en Bretagne au club de Saint Grégoire.

Après plus de 3 semaines de travail, des améliorations tangibles sont déjà là. Tout a été mis en œuvre pour que les sportifs soient dans des conditions parfaitement équitables pour défendre sur l’eau leur sélection en Equipe de France. Ils sont suivis à la fois par leurs supporters tahitiens nombreux sur le net mais aussi par leurs équipiers de clubs qui sont tous investis dans le projet.

Prochaine étape : les compétitions et la recherche du chrono qui pourrait leur ouvrir les portes de l’équipe de France et être totalement partie prenante d’une performance paralympique construite entre Tahiti et le territoire métropolitain.

Eric Leleuch – Head Coach Paracanoë

« Je me félicite de la présence de tous les meilleurs sportifs Paracanoë sur cette compétition de sélection avec notamment la présence d’athlètes d’outre-mer de La Réunion et de Tahiti. Si les réunionnais sont régulièrement présents sur ces épreuves, c’est une première pour Tahiti. Il faut saluer l’excellent travail d’accueil des clubs de métropole pour faciliter leur préparation mais aussi le travail discret mais au combien nécessaire de facilitateur de Jean Christophe Gonneaud pour organiser et coordonner la préparation à Tahiti puis ici. C’est donc une Équipe de France Paracanoë avec les meilleurs athlètes du moment qui sera connue à l’issue de cette compétition. »